vendredi 27 janvier 2012

Un compte-rendu du salon Maison et Objet de janvier 2012

Le salon Maison et Objet vient de fermer ses portes, il se tenait à Paris-Villepinte du 20 au 24 janvier 2012.
Ce rendez-vous B2B international donne deux fois par an la tonalité du secteur déco-design sur les univers de la maison, du mobilier et de la mode (le salon de Milan faisant quant à lui plus la part belle à l'avant-garde, la création et le mobilier). Voici quelques traits saillants que nous en avons tirés.

Deux constats principaux :
  • Après une session Maison et Objet de septembre 2011 relativement atone, une session de très bonne qualité (celle-ci étant croissante depuis 2 à 3 ans) autant que commercialement positive.
  • La dictature du style a vécu. Il n\'y a plus de mainstream hormis la cohérence et la recherche de sens. Les entreprises ont donc le champ libre pour travailler leur identité propre sur la base de leur savoir-faire, leur histoire, leur marché. C'est ce qu'attendent d'elles les consommateurs européens.



  • D'un point de vue business :
Session plutôt considérée comme positive par les exposants (pour certains même "la meilleure depuis 3 ans !") -même si la circonspection est de règle tant que les commandes n\'ont pas été confirmées- dans un secteur fragilisé. La synchronisation avec la periode de soldes n'a pas trop impacté les ventes. Des consommateurs asiatiques très présents dans les achats.


  • D'un point de vue collections :
Elle sont de grande qualité. 
Confirmation du retour des industriels à la simplicité, à la pureté (le baroque a définitivement disparu), c'est à dire recentrage des entreprises européennes sur leurs vrais savoir-faire, en parallèle avec l'augmentation de la qualité d'execution et de finition.
La nécessité de travailler la cohérence de leur marque semble avoir été prise en compte par de nombreuses sociétés, qui ne mettent plus tant en avant les signatures de designers que leurs valeurs.
On ressent une vraie recherche sur les matériaux utilisés : la majorité des industriels a pris le parti de se démarquer à l'international en valorisant leur savoir-faire, et en s'en sortant par le haut avec la qualité, voire en valorisant leur lien intime à l'artisanat.
Peu d'innovations de rupture, ou flagrantes : on consolide ce que l'on connaît (prudence prudence !), en utilisant la high tech mais pour la faire disparaître, comme fonction ou comme moyen pour améliorer les process de production et de personnalisation commande à la demande (explosion de l'impression 3D, généralisation de la découpe numérique...).
De très nombreuses société de mobilier se sont replongées dans leur archives pour ressortir d'anciens classiques... 
Fini le greenwashing. L'éco-design est présent, mais de manière pervasive : il n'en est plus jamais fait mention, cela semblerait presque une faute de gout...


  • D'un point de vue tendances (exercice périlleux et forcément subjectif, n'hésitez pas à donner votre point de vue !) :
Peu de "créativité débridée", malgré le thème annoncé par les organisateurs de Maison et Objet "crazy" : des produits raisonnables, aux lignes pures, intemporelles pour répondre aux attentes du public.
Difficile (et vain) de décrire une "tendance actuelle" : les codes se mélangent entre les époques, les références, les styles... les classiques sont réinterprétés... mais toujours dans le décalage (les objets sont inclinés et déstructurés pour se différencier). Certains évoquent le besoin du consommateur de se créer des univers parallèles" à la Lewis Carroll pour relativiser le réel, se ménager une coulisse...
Confirmation du retour aux matières nobles (bois brut, pierre/marbre, laine, porcelaine, et du liège partout, partout...), elles gagnent en souplesse, en légèreté grâce aux apports des technologies numériques rendant le travail des matières facile. Elles sont faites pour être touchées, pour favoriser le contact (beaucoup de feutre).
Mais également le grand retour du plexiglass, traité de façon contemporaine pour jouer les effets de transparence, de juxtaposition de couleurs acidulées...
Besoin omniprésent de personnalisation, de différenciation subtile : l'individu veut se différencier, mais sans ostentation... De même, discrète excentricité par un détail voir un défaut dans l'objet (pour contrecarrer la conjoncture, la fin du monde ?) Utilisation de techniques artisanales : tricot, crochet...
Formes structurées mais asymétriques, les pieds se font discrets, l'assise se détache du sol, donnant un sentiment de lévitation. Les formes des années 50 et 70 sont à présent partout...
Les couleurs sont tranchées et unies : acidulées (rose, vert, bleu, jaune, rouge) mais surtout mélangées...
Qu'en conclure ? Qu'il n'y a pas de "mainstream" hormis la cohérence et la recherche de sens ! Ce sont donc ces dernières que vous pouvez (devez !) donc rechercher pour votre identité !


  • Sur le secteur spécifique de l\'Edition :
Le secteur "Now!" consacré à l'édition contemporaine présentait un florissement de nouveaux éditeurs, proposant des produits généralement fabriqués en France ou en Europe, à des échelles modestes. On peut noter par exemple les désormais bien connus Esé, Petite Friture, Eno, La Corbeille, Moustache, Domestic, qui poursuivent la recherche de sens et de cohérence dans les objets du quotidien avec constance et rigueur. Mais également les toutes récentes Marcel by, Superette, Objekten, Haymann (que ceux que j'oublie me pardonnent...). 
Site officiel du salon En savoir plus

jeudi 26 janvier 2012

Remise des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2011

Les grands prix de la création de la Ville de Paris 2011 ont été remis ce jeudi 26 janvier en l'Hôtel de ville de Paris...

Les jurys, présidés par Lyne Cohen-Solal, adjointe au maire de Paris, chargée du commerce, de l'artisanat, et des métiers d'art, distinguent chaque année pour l’ensemble de leur travaux trois créateurs majeurs débutants (en activité depuis moins de 3 ans) et trois créateurs confirmés (en activité depuis plus de 3 ans et qui ont créé leur entreprise), travaillant en France.

Ont été récompensés :
  • Catégorie Métiers d’art, débutants : Erick DEMEYER et Steven LEPRIZE - Arca www.arca-home.com
  • Catégorie Métiers d’art, confirmée : Aurélie MATHIGOT www.aureliemathigot.com
  • Catégorie Mode, débutants : Marion LALANNE et Pierre Alexis HERMET - IRM DESIGN irmdesign.fr
  • Catégorie Mode, confirmée : Christine PHUNG christinephung.com
  • Catégorie Design, débutante : Emilie COLIN GARROS emiliecolingarros.com
  • Catégorie Design, Confirmé : Guillaume DELVIGNE www.guillaumedelvigne.com
  • Cette année, un Grand Prix Visa pour Osaka a également été attribué à un designer lui permettant ainsi de se rendre au Japon en résidence pendant 6 mois : Marie-Aurore STIKER METRALmastikermetral.com

Plus d'information sur les lauréats sur le site des ateliers de Paris. En savoir plus

mardi 10 janvier 2012

Eric Besson annonce la création d'un Centre National du Design

En clôture de la 9ème conférence européenne sur les enjeux du design, organisée par l’Agence pour la promotion de la création industrielle (APCI) le lundi 9 janvier à la Cité des Sciences et de l’Industrie, Eric BESSON, Ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, a présenté les grandes lignes d’un plan d’action en faveur du design, en 3 axes :

- Création d’un Centre National du Design
Prenant modèles sur les structures anglaises, danoises ou coréennes, il sera une plateforme et un centre de ressources visant à susciter des politiques en faveur du design exemplaires et un instrument de promotion du design français. Ses missions seront d’affirmer le rôle stratégique du design dans l’économie, d’améliorer la compétitivité des entreprises françaises grâce à l’apport du design dans leur stratégie et de permettre aux métiers du design de se développer.
En liaison avec l’ensemble des acteurs du design, l’APCI redéploiera ses services pour le préfigurer, et une conférence avec tous les acteurs du design restituera le resultat des travaux au second semestre.
Le Ministère de l’Industrie apportera un financement de 1 million d’euros pour le lancement de ce projet.

- intégration du design dans l’écosystème des pôles de compétitivité ;
Celle-ci s’appuiera sur les structures régionales de promotion du design, et visera notamment à accélérer la mise sur le marché des produits et des services conçus au sein des entreprises des pôles. Une expérience sera lancée en 2012 sur quelques régions volontaires.

- élaboration d’un référentiel des métiers du design (attendu impatiemment par les professionnels du secteur !!!).
Les travaux de constitution de ce référentiel démarreront dès le mois de janvier pour une mise en œuvre effective du référentiel à la fin de l’année 2012. 
Communiqué de presse. En savoir plus

lundi 2 janvier 2012

Éditorial – décembre 2011


L’Association Île-de-France Design – nom abrégé [If] Design – a été créée le 14 novembre 2011.

La naissance de cette association a dans une grande majorité suscité des remarques et commentaires positifs et amicaux, et d’autres plus négatifs – voire hostiles.

Tout d'abord un grand merci à toutes celles et ceux qui ont déposé leurs bons voeux sur le berceau de l'association et l'ont encouragée

Il a nous a semblé intéressant de reprendre quelques uns de ces points et d’y apporter notre éclairage.


À quel organisme ou institution [If] Design est-elle rattachée ?

À strictement aucun ! [If] Design est une association totalement indépendante, financée au départ sur les fonds propres de ses fondateurs.

Notre volonté est d’ailleurs de demeurer autonome, sans autre apport que les cotisations de nos adhérents, qu’ils soient designers, industriels ou contributeurs à quelque titre que ce soit à la chaîne de valeur du design (marketing, innovation, communication, enseignement, etc.).


Quelle légitimité avez-vous pour vous prétendre défenseur du design et du design management ?

Le parcours, le profil, les domaines d’activités et les références de chacun des membres fondateurs sont très représentatifs de la chaîne de valeur du design dans son intégralité.

Les membres fondateurs ont été ou sont présents dans les domaines suivants : agence de design, hub de l’industrie, formation au design management, consulting en stratégie et organisation, direction marketing dans l’industrie, écriture d’ouvrages de référence sur le design, conférences, enseignement en écoles de commerce et de design, etc.


Croyez-vous qu’il soit pertinent de prendre la parole de façon isolée dans le contexte actuel ?

Le design est un sujet étrangement sensible : à écouter certains, ce n’est jamais le moment de prendre la parole !

Nous pensons, au contraire qu’il est très pertinent de s’exprimer aujourd’hui, car:
  • le poids économique du design nécessite que sa défense, sa promotion et ses moyens de communication fassent l’objet d’un débat ouvert – sinon public ;
  • plus nous serons nombreux à nous exprimer, plus la perception adéquate du design par des publics divers sera forte ;
  • la défense du design et du design management n’est pas l’apanage d’une certaine catégorie de personnes ou d’institutions. Tout professionnel, contribuant à la chaîne de valeur du design, est en droit de s’exprimer et c’est l’un des objectifs de notre association que de lui offrir un relai de communication, sans aucune contrainte ou connotation politique.


Pourquoi vouloir vous battre avec les institutions existantes ?

C’est sans doute la remarque la plus étonnante !

Nous n’avons absolument pas la volonté de combattre qui que ce soit, bien au contraire. Nous avons proposé à toutes les institutions existantes de relayer les informations de leur choix, dès qu’elles le souhaiteraient. Et réciproquement.
La majorité a accepté, d’autres ont catégoriquement refusé. Nul doute que tout rentrera dans l’ordre rapidement.


Concrètement, vous allez faire quoi ?

Notre programme 2012 est finalisé et est en ligne : il est consultable ici.


***


Nous vous invitons à visiter le site de l’association www.if-design.fr pour vous inscrire et/ou recevoir notre newsletter.


***


Excellentes fêtes de fin d’année !